• Quelle Miss serez-vous?
  • Kan volcan i pèt
  • Corine Lauret lance sa chaine Youtube!

Économie

Actualité

imazpress_4882 Menaces de blocage des sièges de Terreos - Un mois avant la coupe, les planteurs grondent

C'est au volant de leurs tracteurs et en opération escargot que les agriculteurs s'étaient manifestés ce mercredi 23 mai pour réclamer une revalorisation du prix de la tonne de cannes. La réunion avec les industriels s'est soldée par un échec à la Direction de l'agriculture : en colère et après moult hésitations, les planteurs se sont rendus au niveau de l'entrée nord de la route du Littoral pour y mettre en place un barrage filtrant. Ce lundi, rebelote. Les sièges de Tereos devraient être touchés par des blocages, ont annoncé les agriculteurs en fin de journée ce mercredi. Dans un communiqué publié dans la foulée, le syndicat du sucre indiquait que le "prix de référence" de la tonne de cannes devrait être discutés "lors des prochaines réunions fixées dans le calendrier approuvé par tous". Mais les planteurs refusent d'attendre plus longtemps. Retrouvez l'ensemble de ces informations, accompagné de photos et vidéos, dans notre précédent live.

Par - 1 heure 13 min il y a

imazpress_4882 Coup de propre à Grande Anse

La matinée de ce lundi sera consacrée au ramassage des déchets. Pour redonner un coup de propre au site de Grande Anse, souvent malmené par les pique-niqueurs et très fréquenté par les week-ends. Dans le cadre de l'éducation au développement durable, les élèves des classes de cinquième du collège Joseph Suacot de Petite-Île étudient les impacts de l'occupation humaine sur les espaces fragiles réunionnais. Trois espaces sont visés en particulier : le parc national des hauts, la réserve marine et le littoral de Grande Anse. La Civs précise que les collégiens ont choisi de s'occuper de Grande Anse, "un site très fréquenté le week-end" où une "forte dégradation de la propreté du site" est constatée. Les agents de la collectivité accompagneront les élève lors du ramassage des déchets. Ces derniers seront par la suite triés avec l'aide des agents de l'environnement qui viendront transmettre et rappeler les consignes de tri. Cette journée sera également l'occasion pour le maire de Petite-Île, Serge Hoareau, de présenter le site de Grande Anse du futur, après travaux.  

Par - 1 heure 14 min il y a

imazpress_4882 En Allemagne, la reconstruction d'Alep, dévastée par la guerre, se prépare

Dans une pièce lumineuse plongeant sur les allées rectilignes du campus universitaire de Cottbus, en ex-Allemagne de l'Est, l'urbaniste Christoph Wessling promène son index dans le labyrinthe des ruelles d'Alep: déroulée sur son large bureau, une carte immense de 2 mètres 50 sur 2 mètres dessinée avec une échelle de 1/500. Un document exceptionnel dont l'expert coordonne actuellement la réalisation. Toute la vieille ville, ses souks, ses hammams, ses mosquées, ses églises, ses habitations y sont répertoriés avec une infinie précision. Au total, ce sont quelque 16.000 parcelles qui ont été tracées, ainsi que 400 plans au sol des principaux édifices de cette ville constamment habitée depuis plus de 6.000 ans. Le doigt de l'universitaire suit avec assurance le dédale des impasses mais ses souvenirs se perdent dans cette cité dont un poème du XIIe siècle dit qu'elle est aussi vieille que l'éternité. - Cours enchanteresses - "A Alep, il arrivait qu'on entre dans une maison dont la façade austère n'avait absolument rien de spécial", raconte Christoph Wessling, qui garde la nostalgie de ses nombreux séjours dans la métropole syrienne avant le début de la guerre en 2011. "Et puis tout à coup on tombait sur un enchaînement de trois cours intérieures enchanteresses avec des piliers richement décorés". Ainsi allait la vie avant l'horreur. La métropole économique, divisée entre secteurs loyalistes à l'ouest et rebelles à l'est, a été le principal champ de bataille de la guerre en Syrie. Alep, dont la vieille ville est classée au patrimoine mondial de l'Humanité de l'Unesco depuis 1986, fut ainsi à la fin 2016 le théâtre d'une tragédie humanitaire, avant d'être entièrement reprise par l'armée de Bachar al-Assad, appuyée par la Russie. D'ici quelques semaines, la carte, qui mobilise six experts et dispose d'un budget de 60.000 euros, sera mise en ligne, à la disposition de tous ceux désireux de participer à la reconstruction d'Alep. En cliquant sur la carte, ils auront accès "à l'ensemble des plans de chantier, photos et descriptions d'un lieu donné", selon l'Université technique du Brandebourg (BTU), à Cottbus, chargée de ce projet par le ministère des Affaires étrangères et l'Institut archéologique allemand (DAI). "Nous ne sommes pas des responsables politiques", souligne Christoph Wessling. "Mais en tant qu'urbanistes, nous avons voulu jeter des bases" pour que la cité retrouve un jour sa splendeur si particulière. Il s'agit aussi d'éviter par exemple que des groupes de BTP ou des investisseurs n'envoient leurs bulldozers raser les bâtiments endommagés pour y construire hôtels et centres commerciaux. - Et le reste d'Alep ? - Chercheur doctorant à l'Université de Cottbus, le Syrien Zeido Zeido, qui prépare une thèse sur Alep, sa ville natale, met néanmoins en garde contre l'attention excessive portée à la vieille ville. "Il y a d'autres quartiers avec des styles architecturaux plus récents qui doivent être protégés, comme les bâtiments de la fin du XIXe siècle", à l'époque où Alep était l'une des principales villes de l'Empire ottoman, explique le jeune homme de 29 ans. "Il n'y a aucune protection nationale du patrimoine prévue pour les quartiers qui ne sont pas concernés par le classement de l'Unesco", déplore-t-il. Le défi de la reconstruction sera immense, soulignent les chercheurs de la Faculté d'architecture de Cottbus. Selon l'Unesco, environ 60% de la vielle ville a été gravement endommagée, dont 30% totalement détruits. - Route de la Soie - Dans le souk qui fut l'un des plus grands marchés couverts du monde, les échoppes aux portes de bois ne sont plus que cendres. Il y a quatre ans, c'est le minaret seljoukide de la mosquée des Omeyyades qui s'est effondré. La monumentale Citadelle a quant à elle subi des "dégâts considérables" tout comme les khans où les caravanes déversaient jadis leurs trésors récoltés sur la Route de la soie. L'Université de Cottbus a été retenue pour réaliser cette carte car sa faculté d'architecture dispose d'une longue tradition d'échanges avec celle d'Alep. Et l'Allemagne, sortie anéantie du joug nazi, dispose d'une riche expérience de reconstruction de ses villes. Après la Réunification, nombre de cités de RDA ont elles aussi connu une rénovation complète. A Cottbus, les pensées s'égarent de nouveau à 4.000 kilomètres de là. On évoque la vie d'avant dans la cité décatie, le bonheur "des soirées, toutes simples, entre amis dans les rues", sourit Zeido Zeido. Mais ce qui lui manque le plus, c'est "la couleur (sable) d'Alep, une ville construite avec une pierre si particulière qu'elle lui a donné une couleur unique". Une atmosphère que la carte déployée sous ses yeux, si précise soit-elle, ne pourra jamais restituer. AFP

Par - 1 heure 20 min il y a

Politique

Sport

Divertissement

Voyage