Les célébrations hindoues à La Réunion

Les hindous réunionnais constituent une partie importante de la population de l'île. L'île de la Réunion compte environ 200 000 descendants indiens parmi la population d'environ 800 000 résidents. Cependant, le nombre exact d'hindous sur l’ile n’est pas connu, car un bon nombre de membres indiens sont catholiques ou musulmans, mais ils ne sont surtout pas tous hindous. Les Réunionnais d'origine indienne ont gardé les traditions religieuses de leurs ancêtres en pratiquant leur religion librement. Voici les grandes fêtes hindoues les plus populaires sur l'île suivies avec assiduité :

La marche sur le feu

Ce rituel de purification qu'est la marche sur des braises de charbon de bois est un événement qui fascine et attire le monde. La marche sur le feu est, dans la mythologie hindoue, un gage de pureté et de vérité, au travers duquel les pratiquants prouvent leur dévouement et honorent leurs dieux.

Pongol

Pongol constitue un aspect important de la vie religieuse hindoue à La Réunion. Depuis 1973, cet événement culturel et religieux est célébré le 14 janvier. Le nom de cette célébration est dérivé de "pongol", un mot tamoul signifiant "ébullition". Elle se déroule avant tout dans les temples où ont lieu cérémonies et récits mythologiques. Notons que les congés Pongal font référence aux deux ou trois jours de repos accordés aux travailleurs indiens, par les propriétaires des plantations de sucre, une fois la campagne sucrière terminée.

Le Cavadee

Le Cavadee est fêté le jour de la dernière pleine lune d'avril et de mai dans les villes Saint-Pierre, Saint-Paul et Saint-Benoit. A Saint-André et à Saint-Louis, il a lieu le jour de la dernière pleine lune de janvier. Il s’agit d'un rituel de purification du corps et de l'esprit qui commence avec un jeûne de 48 jours et qui se termine par le porter le kavadi lors d'un pèlerinage. Certains croyants choisissent de percer leur peau avec des aiguilles pour se repentir de leurs péchés.

Le Nouvel An tamoul

Le premier jour de la nouvelle année tamoule est célébré le 14 avril du calendrier chrétien. Cette journée matérialise le renouvellement de la nature. Elle se fête d'abord en famille, puis au temple où l'on prie et écoute les prévisions annuelles des prêtres, obtenues du calendrier Pandjagom. De nombreuses festivités publiques sont organisées pour cette occasion, où tous les gens de l'île de la Réunion sont conviés.

Nargoulan

Ce dieu local, également appelé Bondié Laskar, représente la divinité hindoue des plantations de cannes à sucre à La Réunion. L'origine de cette fête remonterait à un groupe de travailleurs indiens sous contrat qui ont été pris dans une tempête. Selon eux, leur navire aurait été sauvé grâce aux prières d'un homme musulman dénommé Laskar, qui voyageait avec eux. Le symbole de Nargoulan est donc le fruit de la rencontre entre l'hindousime et l'islam : une main tendue, celle d'Allah, qui pointe vers le ciel au-dessus d'un mât. 

Le festival de Kali

Dans la mythologie hindoue, Kali l'obscure est une déesse, mais également destructrice de démons. Sa peau est toute noire, ses doigts ont des griffes et elle son apparence terrifiante. Cabris et coqs lui sont généralement sacrifiés.

Dipavali

Dipavali célèbre la victoire de la lumière sur les ténèbres. Cette fête est devenue populaire à La Réunion dans les années 1990 grâce aux associations culturelles qui voulaient promouvoir l'identité tamoule dans la société réunionnaise et promouvoir les cultures et les traditions de l'Inde. Célébrée pour la première fois à Saint-Paul, elle est désormais fêtée dans les princiaples communes de l'île telles que Saint-André, Saint-Leu et Saint-Pierre. Dipavali se célèbre la nuit la plus ténébreuse de l'année. Des processions à la bougie sont organisées. Adultes et enfants sont vêtus de leurs traditionnels costumes indiens et défilent dans les rues de l'île. 

Recommened content