Le tribunal administratif rejette les recours contre le Bioparc de l'Etang-Salé

L’installation du Bioparc dans la forêt de l’Etang Salé est loin de faire l’unanimité . Plusieurs recours ont été déposés contre ce parc zoologique. Le tribunal administratif a examiné hier ceux de l’association citoyenne de Saint-Pierre (...
L’installation du Bioparc dans la forêt de l’Etang Salé est loin de faire l’unanimité. Plusieurs recours ont été déposés contre ce parc zoologique. Le tribunal administratif a examiné hier ceux de l’association citoyenne de Saint-Pierre (ACSP), l’association contre le projet d’extension du golf de l’Etang-Salé (ACPEGES) et l’association pour la sauvegarde de l’Etang-Salé-les- Bains (ASESB), mais aussi celui de la société Orizon Réunion. Ils demandaient l’annulation de l’arrêté du 8 avril 2014 autorisant l’exploitation de Bioparc. Le tribunal administratif a rejeté ces requêtes.  Bioparc, un projet qui s’étend sur 4,5 hectares de présentation de 680 animaux, dont 350 oiseaux, 60 mammifères et 270 reptiles sur deux kilomètres de parcours pédestre. Des vols de rapaces sont également prévus.   Le Tribunal a ainsi jugé "suffisante" l’étude d’impact qu’a notamment contestée les trois associations et la société concurrente en matière de risques de pollution des points d’eau, de consommation d’eau quotidienne d’un tel parc. De même "les conditions d’exploitation du parc, compte des mesures prises, étaient suffisantes pour assurer la protection des intérêts auxquels elle était susceptible de porter atteinte, notamment la protection de la faune et de la flore locales, le risque d’évasion des animaux et en particulier des rapaces, ou encore la conservation des ressources hydrauliques, mais aussi le risque incendie et celui lié l’augmentation du trafic routier et en particulier le stationnement des véhicules".  

Recommened content