Il semble important de reconstruire tous ensemble notre économie

Le BQP démontre chaque année son intérêt, avec une liste de produits augmentés et une part croissante de produits locaux. Au-delà de l’effort de modération sur les prix, le BQP est en effet un instrument de mise en valeur de la production...
Monsieur le Préfet, je me permets de vous relancer quant à mon courrier du 25 mars 2018 resté sans réponse. Les négociations autour du Bouclier Qualité Prix (BQP) pour 2019 débuteront ce jeudi 6 décembre 2018. Le BQP est issu de l'article 15 de la loi n° 2012-1270 du 20 novembre 2012, relative à la régulation économique outre-mer et portant diverses dispositions relatives aux outre-mer, loi dont j'étais rapporteure. Il est précisé par le décret n° 2012-1459 du 26 décembre 2012 relatif aux accords annuels de modération de prix de produits de grande consommation de l'article L. 410-5 du code de commerce. Monsieur le Préfet, je me permets de vous relancer quant à mon courrier du 25 mars 2018 resté sans réponse. Les négociations autour du Bouclier Qualité Prix (BQP) pour 2019 débuteront ce jeudi 6 décembre 2018. Le BQP est issu de l'article 15 de la loi n° 2012-1270 du 20 novembre 2012, relative à la régulation économique outre-mer et portant diverses dispositions relatives aux outre-mer, loi dont j'étais rapporteure. Il est précisé par le décret n° 2012-1459 du 26 décembre 2012 relatif aux accords annuels de modération de prix de produits de grande consommation de l'article L. 410-5 du code de commerce. Le BQP démontre chaque année son intérêt, avec une liste de produits augmentés et une part croissante de produits locaux. Au-delà de l’effort de modération sur les prix, le BQP est en effet un instrument de mise en valeur de la production locale. Ainsi, en 2018, plus de 50 % des produits du BQP sont issus de la production locale. Consommer local permet de créer plus d’activité à La Réunion et favorise ainsi la création d’emplois. Ce cercle vertueux était un des objectifs visés par cette loi. Je félicite les acteurs historiques du BQP qui ont travaillé pour l’intérêt de notre territoire : agriculteurs, filières et industries locales d’une part, grande distribution d’autre part. Ces bons prix sont obtenus grâce à une mutualisation de l'effort. Suite aux événements ayant secoué notre île, la ministre des Outre- mer a plaidé pour une baisse de 10% du prix du BQP. Pour le dernier BQP de 2017, le prix de départ pour 107 produits était de 289 euros. En moyenne, ce même BQP était en vente dans les grandes surfaces à un prix inférieur, soit à 258 euros. La baisse pour le consommateur sur ce BQP était de 30,73 euros donc de 11,6%. C’est donc sur cette base, autour de 258 euros, que cette baisse de 10% doit être réalisée, pour obtenir un BQP autour de 232 euros. Les producteurs locaux ayant déjà été mis à contribution, cet objectif de baisse de 10% ne pourra être réalisé que par la participation des entreprises de fret maritime et des transitaires. Conformément aux nouvelles dispositions prévues par l’article 61 de la loi n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l'égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique et suites aux interpellations d’acteurs économiques locaux consignées dans mon rapport d’évaluation de la loi de régulation, leur participation est prévue. Or, il ne semble pas qu’elles aient contribué à l’effort collectif en 2017, ce que j’ai fortement regretté. Monsieur le Préfet, à l’heure où notre île panse les plaies de l’expression populaire, il semble important de reconstruire tous ensemble notre économie, de redonner confiance en l’action collective. Toutes les parties prenantes doivent participer à cet effort pour que les cendres ne se rallument pas de façon trop rapide. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma considération. Éricka Bareigts

Post new comment

Publier comme invité

Recommened content