Afrique du Sud-Au Cap, limitation à 50 litres par jour et par personne

Le 1er avril ou 12 avril ou 22 avril 2018 selon les calculs, une chose est sûre, au Cap, le « jour zéro », celui où plus une seule goutte d’eau ne coulera du robinet, est à la fois proche et inéluctable. « Il y a encore des gens qui...
Le 1er avril ou 12 avril ou 22 avril 2018 selon les calculs, une chose est sûre, au Cap, le « jour zéro », celui où plus une seule goutte d’eau ne coulera du robinet, est à la fois proche et inéluctable. « Il y a encore des gens qui pensent que ce jour-là ne peut pas arriver, et que les sept projets de la ville qui doivent nous permettre d’augmenter nos ressources de 200 millions de litres par jour suffiront à nous sauver, mais ce n’est pas le cas. Et même si ces programmes nous rendront plus résistants aux pénuries futures, ils ne nous empêcheront pas, cette fois, d’atteindre le point zéro », a expliqué Patricia De Lille, la maire de la métropole sud-africaine de plus de 430 000 habitants, dans un communiqué paru le 17 janvier. Pour retarder au maximum l’échéance du « jour zéro », un conseil de la ville s’est tenu le 19 janvier et a acté une limitation de la consommation à 50 litres par personne et par jour, soit 6 000 litres par mois pour une famille de quatre personnes. Les habitants sont ainsi incités à tirer leur chasse d’eau à l’aide d’un seau contenant des eaux usées ou de l’eau de pluie Cette limitation, qui s’accompagne d’une importante hausse des tarifs – de 4,56 à 29,93 rands (0,30 à 2,02 euros) jusqu’à 6 000 litres – entre en vigueur ce jeudi 1er février. Chez les particuliers, des dérogations restent possibles, notamment pour les gérants de chambres d’hôtes. Quant aux professionnels, leur usage d’or bleu est également encadré, et leur consommation est comparée à celle de 2015, avant la crise : les agriculteurs doivent afficher une réduction de 60 % de leur usage d’eau, et les autres professions de 45 %.

Post new comment

Publier comme invité

Recommened content