De la terre de La Réunion… à Verdun

Un projet symbolique. Fort. Celui de ramener de la terre de La Réunion à Verdun pour rendre un hommage National aux combattants Réunionnais de la Grande Guerre de 14/18. Dans le cadre de ce devoir de mémoire national du centenaire de la...
Un projet symbolique. Fort. Celui de ramener de la terre de La Réunion à Verdun pour rendre un hommage National aux combattants Réunionnais de la Grande Guerre de 14/18. Dans le cadre de ce devoir de mémoire national du centenaire de la Grande Guerre, une stèle jumelle et parfaitement identique à celle présente dans le Jardin de la Liberté à Saint-Paul sera construite sur le champ de bataille de Verdun. Pour renforcer ce lien historique et immuable qui unit La Réunion et Verdun, une urne contenant de la terre de notre île sera déposée dans la stèle jumelle à Douaumont. Du 2 au 12 octobre, la population saint-pauloise est invitée à déposer une poignée de terre dans une urne qui sera placée à l’accueil de la mairie centrale. Insolite ? Non. Parce que la terre recueillie sera insérée au coeur d’une stèle implantée à Douaumont non loin de l’ossuaire mondialement connu sur le champ de bataille de Verdun.   Une stèle bien particulière… Pour bien comprendre ce projet labellisée au niveau national, il faut retourner deux ans en arrière. Une stèle commémorative a été dévoilée au public le 26 novembre 2016 dans l’actuel Jardin de la Liberté à l’occasion de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun en 1916. Créé et façonnée par Benoît Forestier, ancien combattant OPEX et délégué général adjoint du Souvenir Français à La Réunion, cette œuvre d’art représente un bras en bronze jaillissant des roches. Dans ce bras, « est renfermé une borne Vauthier contenant de la terre de Verdun. (Il s’agit d’une sculpture réalisée dans les années 20 par l’artiste Paul Moreau-Vauthier, pour matérialiser la ligne de front telle qu’elle était en juillet 1918 lors d’une des dernières offensives alliées). Une terre dans laquelle se mêle le reste des soldats français et allemands tombés sur le champ de bataille. Elle contient aussi une micro carte SD contenant les noms de tous les soldats Réunionnais qui ont été mobilisés pour ce premier conflit mondial, le nom de tous ceux qui sont tombés au Champ d’honneur pendant toute la durée du conflit et le nom des 55 Réunionnais tombés à Verdun en 1916. Elle contient également un message de paix destiné aux générations futures afin de ne pas oublier les terribles conflits du passé ainsi qu’une médaille commémorative sur laquelle est inscrit la devise du Maréchal Pétain « On ne passe pas ». « Il s’agit d’un message pour les générations futures », affirme Benoit Forestier, sergent dans les bérets rouges. 14/18 – Le centenaire de l’armistice et de la victoire Cette année, la stèle de Saint-Paul aura sa sœur jumelle à Douaumont sur le champ de bataille de Verdun avec à l’intérieur de la terre de La Réunion. Pour Benoit Forestier à l’initiative de ce projet, « ce projet est très symbolique et historique puisque cette stèle sera implantée sur le champ de bataille le 11 novembre 2018, jour du centenaire de l’armistice et de la victoire. Ce sera le premier monument élevé en métropole depuis cent ans commémorant les combattants des départements d’Outre-mer en général et rendant un hommage National aux combattants Réunionnais de 14/18 en particulier. C’est une première dans l’histoire des commémorations en France. C’est également une première d’avoir deux monuments identiques sur deux lieux différents : l’un en métropole, l’autre en Outre-mer, à ce titre cette commémoration est historique et novatrice. » A La Réunion, 14 500 hommes furent appelés sous les drapeaux. 1350 ne revirent jamais leur île, parmi eux 55 sont morts pour la France à Verdun. Deux stèles, une même Histoire Constituées de pierres volcaniques de La Réunion, de la terre de Verdun, du bois et de bronze, les stèles conjuguent la double identité de cette commémoration : La Réunion et Verdun unis et réunis pour l’éternité dans l’histoire de France par le sang versé. Au cœur de la stèle de Douaumont, sur le champ de bataille de Verdun, qui sera implantée dans l’Allée des Outre-mers, de la terre de La Réunion. « En tant que déléguée aux Anciens combattants, je suis heureuse et fière de présenter ce projet. C’est une action historique et exceptionnelle à La Réunion. Les Réunionnais de la guerre 14-18 auront enfin une stèle à Douaumont (…) Un projet ambitieux que l’on doit au maire de Saint-Paul ainsi qu’à Benoit Forestier », précise Gertrude Carpanin Pavardy, élue en charge des relations avec les armées et les associations des anciens combattants. « En apportant un peu de terre de leur jardin, Les Réunionnais vont s’approprier ce projet. Il s’agit de leur mémoire, cela leur appartient », rajoute Benoit Forestier. Une poignée de terre symbolique Afin de renforcer ce lien unique et fort, la population est invitée à venir déposer à l’accueil de la mairie centrale à Saint-Paul, une poignée de terre. Toutes les communes de l’île, si elles le souhaitent, peuvent mettre à disposition une urne dans leur mairie centrale. Lors d’une cérémonie officielle et solennelle dans le Jardin de la Liberté le 13 octobre prochain, les maires des 24 communes de l’île, accompagnés d’un enfant de sa municipalité, déposeront chacun une poignée de terre dans l’urne unique qui sera insérée au coeur de la stèle implantée à Verdun. Poussant la gémellité à l’extrême, la stèle commémorative de Verdun contiendra également des fichiers informatiques identiques à ceux contenus dans la stèle de Saint-Paul. Symboliquement, cette démarche vise à porter au cœur du champ de bataille historique de Verdun, cent ans après, de la terre de La Réunion qu’environ 1 350 natifs de l’île n’ont jamais pu revoir. Le projet met également l’accent sur le devoir de mémoire transgénérationnel en souhaitant associer lors des deux cérémonies d’hommage national aux combattants Réunionnais (en octobre 2018 à La Réunion, entre le 8 et le 11 novembre 2018 à Verdun), des scolaires et des enfants venant des quatre coins de l’île et perpétuant la mémoire de ces combattants Réunionnais tombés en défendant les valeurs de la république et des libertés fondamentales de notre Nation.

Recommened content