Jumbo le Port : un homme arrêté en train de photographier sous les jupes des femmes

Incroyable mais vrai ! Un homme a été interpellé au motif qu’il filmait sous les … jupes des femmes dans une grande surface du Port. Les faits se seraient produits à Jumbo Sacré Coeur hier après midi. L’homme a été pris en flagrant délit...
Incroyable mais vrai ! Un homme a été interpellé au motif qu’il filmait sous les … jupes des femmes dans une grande surface du Port. Les faits se seraient produits à Jumbo Sacré Coeur hier après midi. L’homme a été pris en flagrant délit en train de mettre son téléphone portable sous les jupes et les robes de ces dames. Il a indiqué qu’il collectionnait les photos des petites culottes. Une perquisition chez lui a confirmé cette tendance perverse, du matériel informatique a même été saisi. Les enquêteurs cherchent maintenant à comptabiliser le nombre de ses victimes. Si en France, la méthode est interdite : ce n’est pas le cas partout dans le monde, comme aux Etats Unis. En 2013, Brandon Lee Gary est poursuivi pour avoir filmé sous la jupe de clientes d’un magasin avec son téléphone portable. Grâce aux images des caméras de sécurité du magasin, il est jugé coupable par le tribunal. L’homme décide pourtant de faire appel de cette décision en argumentant que ce jugement avait été basé sur la loi qui interdit de filmer une personne sans son consentement dans tout lieu privé ou à l’abri du public. Hors la scène s’est déroulée dans un lieu public! Le 15 juillet dernier, la Cour lui a donné raison, comme le relate le Daily Mail. Dans son jugement, la juge Elizabeth Branch a néanmoins précisé que « la conduite de Gary était complètement offensante et qu’une femme faisant ses courses dans un lieu public pouvait avoir de raisonnables attentes quant au respect de sa vie privée et de certaines parties de son corps protégées par ses vêtements ». Mais face au vide juridique, la justice a du statué en faveur de Brandon Lee Gary. « C’est regrettable mais aucune loi n’existe qui criminalise la conduite répréhensible de M. Gary », poursuit la juge. Un vide juridique auquel les personnalités politiques locales vont s’attaquer, enfin.

Recommened content